DONNEES GÉNÉRALES

1234  habitants (recensement 1999)

N° INSEE 88423

Maire : M. Jacky CHOSEROT (depuis 1995) (voir conseil municipal).

Mairie Tel 03 29 50 00 73. Fax : 03 29 58 78 40

            Altitude : 417 m (seuil de la Mairie) Point le plus haut 640m.

Superficie :  1457 ha dont 850 ha de forêt.

Saint Léonard est traversée par la Meurthe et le ruisseau l'ANOUX.

SITUATION GÉOGRAPHIQUE.

Située à 9 Km de Saint Dié des Vosges sur la Route nationale 415 au pied   du Col du Bonhomme, qui conduit à Colmar situé à 50 Km de Saint Léonard.

 Canton de Fraize (à 7 Km). Arrondissement de Saint Dié des Vosges..

PRINCIPAL ATOUT TOURISTIQUE
.
 

Sa forêt, sentiers de promenade, pêches, proximité des sommets, du  lac de Gérardmer , de l’ Alsace.

Légende :
l'eau de la source qui coule à la chapelle de Monthegoutte ( but de promenade), aurait des bienfaits sur les maladies des yeux.

 ÉCONOMIE

Commune en extension, actuellement plus une trentaine d'artisans et commerçants, quelques industries

- La SIFO qui fabrique des pièces mécaniques.

- Les plastiques et stratifiés Vosgiens : tout objet plastique

- Les chalets DIANE.

- Les cartonneries JACQUEMIN ….

En cours d’aménagement une zone économique intercommunale de 10 ha.

HAMEAUX et ÉCARTS. (voir plan commune).

La Bellegoutte, Contramoulin, Girompaire, Sarupt, Mardichamp, Claingoutte, Vanémont.

 ASSOCIATIONS

Sportives : judo, football, gymnastique et danse.

Patriotiques.

Culturelles : Saint Léon'art expression.

FÊTES ET MANIFESTATIONS:

Marché de Noël.

Patronale (Saint Pierre) début juillet. Fête de la Saint Boscu (chapelle de Monthegoutte)

 Semaine des arts organisée sur tout le canton par Saint Léon'art expression en Mai.

 
PERSPECTIVES

Depuis 1995, la municipalité a souhaité faire de Saint Léonard une commune accueillante, pour les nouveaux habitants et les entreprises.

C’est ainsi que les  services offerts à ses habitants ont été créés ou améliorés :  agrandissement d’une  école,  création d'une cantine-garderie, de centre de loisirs, d’une BCD, d’un service d’aide aux devoirs, d’activités organisées pour les adolescents,  d'une plate forme sportive et de rollers…

Elle a souhaité améliorer le cadre de vie : le centre du village a été totalement réhabilité et rénové, d’autres quartiers le seront en 2000.

Un programme de construction de 17 logements à loyers modérés est en cours (3 sont déjà réalisés).

Elle s'est investie dans des projets intercommunaux (Communauté de Communes du Val de Meurthe, Association de développement des vallées de la Haute Meurthe...), comme la création d'une ZAC, la révision de son POS ... pouvant ainsi proposer à l'avenir des terrains d'accueil, pour les nouveaux habitants et de nouveaux décideurs économiques.

 

HISTOIRE  résumée

    L'origine de Saint Léonard est due à un moine, disciple de Déodat (7ème siècle), qui construisit son ermitage au point de jonction de La Bellegoutte et de Sarupt sur les bords de la Meurthe. La population maximum a été de 1298 habitants (en 1906) Saint Léonard garde peu de traces  de son passé car, lieu de passage, le village a subit les destructions de toutes les guerres qui se sont succédées au cours des siècles. 

 Mais,  les habitants gardent le souvenir douloureux d'un passé encore récent :  

 -1944 -  SAINT-LÉONARD est une commune de 870 habitants.

 47 prisonniers de guerre sont retenus en Allemagne. Commençons par rappeler les faits historiques qui se sont déroulés :

Le 06.JUIN 1944 - l'opération "OVERLORD", commandée par le Général en chef EISENHOVER débute en Normandie. Afin de retarder l'arrivée de renforts allemands acheminés de l'intérieur, la Résistance Française est appelée à intervenir en plusieurs points stratégiques ; c'est ainsi que le Marquis de CORCIEUX reçoit l'ordre d'attaquer la garnison allemande de TAINTRUX, au matin du 06 JUIN. La riposte ennemie est brutale ; dans la journée 10 000 hommes quadrillaient le secteur. Deux maquisards sont arrêtés, torturés et fusillés à Saint-Léonard devant l'hôtel du Saumon. Dès le début de Septembre, les hommes de 15 à 50 ans sont réquisitionnés et doivent travailler sous la contrainte à des travaux de fortification.

8 NOVEMBRE - 103 hommes du village sont rassemblés et acheminés vers l'Allemagne, destination DACHAU, qu'heureusement ils ne pourront atteindre en raison de la précipitation des événements militaires.  Leur déportation s'arrêtera dans la région de MANHEIM, où, démunis de tout, manquant de nourriture, de vêtements, ils devront passer l'hiver.

9 NOVEMBRE - Le reste de la population doit quitter le village avant midi - 700 personnes environ (femmes, enfants, vieillards) sont ainsi jetés sur les routes bombardées.  Au cours de l'exode, eurent d'ailleurs lieu de tragiques accidents, dus le plus souvent à des tirs d'obus ;  accidents qui s'intensifièrent encore au retour, à cause des mines que l'ennemi avait semés sur les chemins. 

Du 10 au 15 NOVEMBRE - Le village est pillé par l'ennemi puis les maisons sont systématiquement incendiées ou dynamitées : ainsi 168 maisons sont détruites sur 192 faisant 620 sinistrés totaux.